top of page
banquettes3 Fili.jpg
Silouette Pascal (noir) + logo AS  2024.png

Championnats du monde de trampoline 2019 : Hancharou et Liu Lingling en tête lors de la première journée de qualification

Dernière mise à jour : 29 déc. 2023

Les 34e championnats du monde ont débuté au centre de gymnastique Ariake à Tokyo, au Japon, avec les qualifications du trampoline individuel, du double mini-trampoline et du tumbling féminin.

L'enjeu pour les 336 gymnastes de 37 nations est une place aux Jeux Olympiques de 2020 et aux Jeux Mondiaux de 2021.

Les championnats, qui servent également de test pour Tokyo 2020, permettront d'obtenir jusqu'à 16 places de qualification olympique en trampoline individuel et 20 en tumbling et DMT pour Birmingham 2021.

Et l'action du premier jour n'a pas manqué d'être à la hauteur de l'événement.


TRAMPOLINE INDIVIDUEL :

Le chemin vers la gloire individuelle sera très fréquenté par les trampolinistes : tout d'abord les tours préliminaires avec seulement les 24 meilleurs athlètes (un maximum de 3 par pays) progressant vers les demi-finales, avant qu'ils ne tentent de gagner l'une des 8 places convoitées (un maximum de 2 par nation) dans les finales.

En trampoline masculin, le champion en titre Uladzislau Hancharou, du Belarus, est en tête du classement après deux exercices impressionnants, avec un score de 115.440.

Il a obtenu deux des meilleures notes de l'épreuve masculine lors de son premier exercice : la meilleure note d'exécution (19.5) et la meilleure note de déplacement horizontal (9.9), égalées par le Britannique Andrew Stamp (20e), qui participe à ses premiers championnats du monde seniors.

Ces résultats lui ont permis de terminer les préliminaires avec près de 0,5 d'avance sur le champion en titre, le Chinois Gao Lei (114,995).

minaires avec près de 0,5 d'avance sur le tenant du titre, le Chinois Gao Lei (114.995).

Son compatriote Dong Dong, qui ne voudra pas manquer l'occasion de remporter un quatrième titre mondial, se trouve à la 3e place, devant Ivan Litvinovich du Belarus, suivi du Chinois Tu Xiao et du Russe Dmitrii Ushakov.

Le Chinois Yan Langyu est le suivant à la 7e place, mais en raison de la règle des trois par pays, il ne pourra pas participer aux demi-finales. Aleh Rabtsau (Belarus), Dylan Schmidt (Nouvelle-Zélande) et Allan Morante (France) complètent le top 10.

Les Japonais Ryosuke Sakai, Hiroto Unno et Yasuhiro Ueyama se sont également qualifiés pour les demi-finales, aux côtés du Portugais Diogo Abreu et du Russe Mikhail Melnik.

L'épreuve féminine a été le théâtre d'une bataille entre les puissances asiatiques, les sept premières places étant occupées soit par la Chine, soit par le pays hôte, le Japon.

Liu Lingling, la championne du monde 2014, est en tête pour la Chine, avec un score de 106.460, Huang Yanfei est 2ème (105.375) et Li Dan 4ème (104.670). Le Japonais Hikaru Mori occupe la 3e place. Chisato Doihata la suit en 5e, Reina Satake en 6e et Megu Uyama en 7e. Malheureusement pour Uyama, la règle des trois par fédération l'empêche de passer au tour suivant. La Britannique Kat Driscoll a connu le même sort en terminant derrière ses coéquipières Bryony Page (9e), Laura Gallagher (13e) et Isabelle Songhurst (15e).

Les autres dames qui se sont qualifiées pour les demi-finales sont la Française Léa Labrousse (8e), la Canadienne Rosie Maclennan, championne en titre, l'Allemande Leonie Adam et l'Ukrainienne Maryna Kyiko.

TUMBLING FÉMININ :

La quintuple championne du monde, la Chinoise Jia Fangfang, s'étant blessée, la question était de savoir qui prendrait la relève. La Britannique Shanice Davidson, médaillée d'argent en 2018, a répondu à cette question.

La jeune femme de 19 ans, qui a ouvert la voie dès le premier groupe de la compétition, s'est confortablement qualifiée pour la finale avec un score de 68,300. Elle a été suivie par la femme qu'elle avait battue pour la troisième place en 2018, la Russe Viktoriia Danilenko. Elle s'est qualifiée en deuxième position avec un score de 67,5.

Megan Kealy, la coéquipière de Davidson en Grande-Bretagne, aborde la finale en troisième position.

Elle est suivie par l'Américaine Eve Doudican, la Française Marie Deloge, la Russe Elena Krasnokutckaia et la Chinoise Fang Lulu.

Le nombre de deux par fédération dans la règle finale signifie que la Russe Elina Stepanova (8e) et la Britannique Aimee Antonius (9e) n'ont pas l'occasion de concourir pour des médailles. Cet honneur revient à la Française Emilie Wambote (10e).

La Belge Tachina Peeters, favorite des pré-championnats, n'aura pas non plus l'occasion de disputer les médailles après une perte d'élan lors de son premier passage qui l'a fait dégringoler dans le classement.

MINI-TRAMPOLINE DOUBLE :

DOUBLE MINI-TRAMPOLINE :

La compétition masculine semble se dérouler comme d'habitude, le quadruple champion du monde Mikhail Zalomin s'étant hissé en tête du classement après les préliminaires. Mais la surprise pour certains est qu'il a été égalé par la jeune sensation américaine Ruben Padilla.

Padilla, deuxième derrière Zalomin à Saint-Pétersbourg en 2018, a fait une démonstration extraordinaire avec deux passes qu'il n'avait exécutées qu'une seule fois en compétition, lors de l'étape espagnole de la Coupe du monde à Valladolid. Elles ont rapporté 76,0, pour placer Padilla sur le même score que son héros.

Le coéquipier russe de Zalomin, Vasilii Makarskii, s'est qualifié pour la finale en 4ème position.

Les 4e et 7e places ne sont séparées que par 0,3.

L'Espagnol Andres Martinez a terminé les préliminaires en 4e position, grâce à deux passes solides qui lui ont permis d'obtenir un score de 74,0. Le Canadien Mario Bruno le suit de 0,1, tandis que l'Américain Alex Renkert et le Portugais Tiago Sampaio Romao sont à 0,1, tous deux avec un score de 73,80.

Le Russe Andrei Gladenkov a terminé le tour de qualification en 8ème position, avec un score de 73,70. Mais comme il était derrière deux de ses coéquipiers, il n'a pas pu participer à la finale. L'Espagnol Carlos Manjon Azcona le remplace.

Chez les femmes, Lina Sjoeberg a montré qu'elle n'allait pas abandonner sans combattre le titre qu'elle avait remporté pour la première fois à Saint-Pétersbourg en 2018.

La championne en titre suédoise a réalisé un score de 70,0 pour devenir la meilleure qualifiée. La Britannique Kim Beattie a talonné Sjoeberg en deuxième position avec un score de 69,8.

Un demi-point séparait les autres qualifiées pour la finale : La Canadienne Jordyn Miller-Burko a terminé les préliminaires en 3e position, grâce à un score de 69,6, et la championne d'Europe, la Britannique Kirsty Way, à 0,1 de plus.

La Russe Polina Troianova et Tristan van Natta sont respectivement 5e et 6e avec 69,4. La Néo-Zélandaise Bronwyn Dibb (69,3) et la Russe Aleksandra Bonartseva (69,1) ont décroché les deux dernières places pour la finale en se qualifiant respectivement en 7e et 8e position.

3 vues0 commentaire

Comments


Nos partenaires

logo100.png
Logo-Eurotramp.png
3M-Logo-Transparent-PNG.png
bottom of page